Claude Nougaro

Montparis

Play

A Lutèce voguant aux aurores de nacreClocher, sonne là-haut la cloche des patriesA la cité des rois, des croix, des gueux, des sacresQue retentisse encore le glas gras des tueriesA la ville lumière éteinte en simulacresFous-nous le gros bourdon, beffroi du capitalCarillons sonnez tous à cette capitaleQue la guerre épargna et que la paix massacreTon Pastis, je le bois dans tes pluiesMontparisTon azur, je m'y noie autour de mes nuitsMontparisJusque dans tes rats, tu sais que tu m'aurasMontparisJ'te promets, chiche que dans tes îlesJ'vais te faire un BrésilParie!L'aile de tes ponts inonde mon frontD'une encre d'espritMontparisMême quand le Pont-Neuf, pauvre RavaillacDescend Henri IVJ'aime ta chanson sur tes cents mille scènesMontparisJe t'aimerai avant que j'exhaleMa dernière halleParieDe mon sud suant son soleil noir,Tu m'aspirais, PanameAuberge étoilée où s'attablaientLes affamés de flammesPort étincelant, où débarquaientTous les marins de l'âme,J'accourus vers toi, Paris!Mes souliers sont en cuir de chaussetteMes chaussette sont en laine de pieds nusMais c'était pour mieux dégusterEt tâter et têterTa peau EsieCar, bien sûr, je cherchais les poètesC'est-à-dire ceux qui baisent avec les nuesEt c'était ici que le grand vent de l'inventionFaisait valser les têtesParisJérusalem de l'intelligenceDoux murmure des jubilationsJe t'en prieOh je t'en prie, oui je t'en prieToi qui fus un grain de beauté du mondeSois grain de bonté du mondeParieAu nom de tous ceux qui viventDans le sandwich de tes rivesCeux qui t'aiment et te saliventSans les mots pour qu'on l'écrive,Les Quasimodos qui claquentDans tes flics et dans tes flaquesSonneront des cloches de Tour Eiffel...A Lutèce voguant aux aurores de nacreClocher, sonne là-haut la cloche des patriesA la cité des rois, des croix, des gueux, des sacresQue retentisse encore le glas gras des tueriesA la ville lumière éteinte en simulacresFous-nous le gros bourdon, beffroi du capitalCarillons sonnez tous à cette capitaleQue la guerre épargna et que la paix massacreVieille dameelle gravitl'escalieren hissantson mouronvers son îlecanari...