Jacques Brel

La, la, la

Quand je s'rai vieuxJe s'rai insup' portableSauf pour mon litEt mon maigre passéMon chien s'ra mortMa barbe sera minableToutes mes moruesM'auront laissé tomberJ'habiteraiUne quelconque BelgiqueQui m'insult'raTout autant que maint'nantQuand je lui chanteraiVive la républiqueVive les BelgiensMerde pour les flamingantsLa la laLa la laJe serai fuiComme un vieil hôpitalPar tous les ventresD'autres sociétésJ'boirai donc seul ma pension de cigaleIl faut bien être lorsque l'on a étéJe n'serai reçu que par les chats du quartier leur festin pour qu'ils ne soient pas treizeMais j'y chanteraiSur une simple chaiseJ'y chanteraiAprès le rat crevéMessieurs dans le lit de la MarquiseC'était moi les 80 chasseursLa la laEt quand viendra l'heure imbécile et fataleOù il paraît que quelqu'un nous appelleJ'insulterai le flic sacerdotalPenché vers moi comme un larbin du cielEt je mourirai cerné de rigolosEn me disant qu'il était chouette VoltaireEt qu'si en a des qui ont une plume au chapeauY en a des qui ont une plume dans l' derrièreLa la laLa la laQuand je s'rai vieuxJe s'rai insup' portableSauf pour mon litEt mon maigre passéMon chien s'ra mortMa barbe sera minableToutes mes moruesM'auront laissé tomber

Play