A Filetta

Trè

Da ghjorni in quà piuvia annant?à i chjassi
È si sintianu i so passi
Accarizzà e tarre crosce

Ripigliu :
Ad? arricoglie u suspiru
Sò ghjunti, eranu trè :
Un frate vechju un? ombra è un rè

L?anu visti i paisani francà i ghjargali è e mure
A l?albighjà, à l?ore mature
Salmi scuri mutulati

Ripigliu :
Ad? arricoglie u suspiru
Sò ghjunti, eranu trè :
Un frate vechju un? ombra è un rè

E bande di cignali abbadavanu arrese
U rispiru di quelle stese
Persu ind?è e valle piatte

Ripigliu :
Ad? arricoglie u suspiru
Sò ghjunti, eranu trè :
Un frate vechju un? ombra è un rè

Daret?à a vulelle chjose, tanti panni sò à asciuvà
Qual?hè chì i pigliarà
Fintantu ch?elli ùn sò passati

Ripigliu :
Ad? arricoglie u suspiru
Sò ghjunti, eranu trè :
Un frate vechju un? ombra è un rè

Depuis quelques jours il pleuvait sur les campagnes
Et l?on entendait leurs pas
Caressant les terres humides

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus,
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Les paysans les ont aperçus à l?aube et au crépuscule
Qui franchissaient ruisseaux et murets
En psalmodiant des versets étranges

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus,
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Les sangliers en bandes semblaient exténués
D?avoir trop guetté la respiration de ces étendues
Qui allait se perdre dans les vallées profondes

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus,
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Des vêtements sèchent dans la cour,
Sous les fenêtres closes
Il faudra bien les ramasser...

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus,
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Play