A Filetta

Sumiglia

S?hè distesu ind?è l?aria un affannu di morte
È sò fatti di marmaru I visi sott?à lu sole
Sò d?abissu I silenzii è in pulvina e fole
U mondu incrudelitu sbattutu hà e so porte

Caminerà ab?eternu issu stolu senza fine
Cù la to sipultura sdresgendu ogni bagliore
È chì facia ruvidu u trimendu dulore
Chì rode u campà à iss?ore visparine

È quandu in tempi à vene invichjarà u ricordu
Ogni palmu di sta terra si purterà à l?iglia
Un sonniu fattu veru chì in un intimu accordu
Di tè si n?avarà qualchì fida sumiglia



Dans l?air s?est répandue une mortelle angoisse
Le soleil n?éclaire plus que des visages de marbre
Le silence est abîme, toute beauté poussière
Le monde a sur la vie claqué toutes ses portes

Un cortège infini va vers l?éternité
Avec ta sépulture qui obscurcit le jour
Tout n?est plus que douleur et rudesse mêlées
Et vivre à cet instant est une saison morte

Lorsque le souvenir un jour s?estompera
Chacune des parcelles de cette vieille terre
Reflètera ce rêve qui était ton horizon
Et ton visage vivant sur elle s?imprimera

Play